RPC – Les interventions en période périnatale

L’importance de la période périnatale sur la santé future des familles est régulièrement mise en avant depuis plus de trois décennies. L’idée d’une origine développemental de la santé et des maladies (hypothèses « DOHaD ») s’est vu confirmé par de nombreux travaux scientifiques. Historiquement, c’est l’impact direct de carences nutritionnelles ou d’agents toxiques (composés « tératogène ») altérant la formation des organes en développement qui était considéré. Les hypothèses DOHaD ont été élargies à l’environnement en général, incluant à la fois les notions d’expositions à des agents chimiques, biologiques ou physiques, à des comportements, ou encore à des aspects d’ordre socio-économiques ou à l’environnement affectif. Cette période de la grossesse est parfois étendue aux 1000 premiers jours de vie (depuis la conception jusqu’à la fin de la 2 ème année de vie) pour inclure les effets sur les organes toujours en cours de développement après la naissance, comme le cerveau. Des travaux récents montrent par exemple que l’environnement relationnel de l’enfant pourrait ainsi influer sur la santé émotionnelle, la régulation des systèmes de réponse au stress, le système immunitaire et la mise en place de comportements sains.

En 2018, 758 000 bébés sont nés en France. En moyenne, les femmes bénéficient de 10 consultations prénatales, qui sont autant d’opportunité de s’assurer du déroulement normal de la grossesse et de délivrer des informations et des messages de prévention. Cependant, la dernière enquête nationale périnatale pointait des lacunes dans le parcours périnatal des femmes, avec des défauts d’information et des actions de prévention non efficaces ou non mises en place. D’autre part, concernant certains sujets émergeants particulièrement complexes, comme la question des expositions aux agents chimiques potentiellement toxique (ex. : les perturbateurs endocriniens), il paraît nécessaire de proposer une synthèse des connaissances aux professionnels pour leur permettre d’apporter des éléments de réponses aux familles, et d’adapter leur prise en charge.

Au final, il existe un réel besoin de formaliser un socle d’informations et d’actions de prévention à délivrer aux femmes depuis la période pré-conceptionnelle jusqu’au post-partum afin de mieux guider les femmes dans leurs habitudes de vie, mais aussi les professionnels sur le contenu de leurs interventions. Cependant, le temps de consultation ou de soin est souvent très contraint, et les messages de prévention à faire passer son nombreux.

L’objectif de ces recommandations de pratiques cliniques était de définir les messages et les interventions prioritaires et secondaires à délivrer aux femmes par les différents professionnels de la périnatalité. Ces recommandations visaient également à proposer une hiérarchie dans les messages et les interventions, en fonction de la période (pré-conception, début ou fin de grossesse, post- partum).