Édito - par Adrien Gantois, Président du CNSF

C'

est un réel plaisir de vous convier à nouveau à la 19e édition des Journées du Collège National des Sages-Femmes de France les 22 et 23 mars 2021, sous un format 100% digital.L’année 2020, devait être un temps inédit de valorisation pour notre profession, comme le défendait l’Organisation Mondiale de la Santé. Elle avait bien commencé lors

de nos Journées Sages-Femmes, rassemblant notre profession autour de travaux scientifiques et professionnels.

Le Collège y a fêté ses 20 ans. Sa maturité lui a permis d’affronter une crise sanitaire sans précédent, avec le soutien de ses adhérent.e.s toujours plus nombreux.ses et volontaires. Elle s’est concrétisée par une cellule de crise sage-femme, qui nous a permis d’élaborer des préconisations sous l’égide de la HAS. Notre profession est restée unie et force de propositions dans la gestion de crise, même si nous pouvions constater des lacunes de notre système de santé.

Parmi ces lacunes, le rapport sur l’évaluation des sages-femmes au travail (Christine Natal Chalut Morin pour le CNSF – Juin 2020) révèle que le niveau d’épuisement émotionnel, dimension centrale du burnout, est fortement marqué chez pratiquement ¼ des sages-femmes, tous modes d’exercices confondus. Ce constat est d’autant plus inquiétant qu’il a été évalué avant la pandémie COVID 19.

Dans ce contexte de crise sanitaire, Le CNSF a d’ailleurs pris l’initiative de créer le Fonds de Soutien Sages-Femmes, permettant de renforcer notre politique de gestion de crise.

Désormais, il nous appartient de nous projeter vers 2021, et vers vos Journées Sages-Femmes. Le programme est résolument tourné vers les nouvelles recommandations de pratiques professionnelles de sages-femmes « les interventions en période périnatale ». Ces nouvelles «recos» se sont formalisées via 26 expert.e.s, en 3 années, sous l’impulsion des deux coordinateur.rice.s et chercheur.e.s sages-femmes, Dr Chloé Barasinski (Clermont-Ferrand) et Dr Rémi Béranger (Rennes).

C’est une immense fierté pour notre profession, de constater une implication sans faille, de nombreux.ses professionnel.le.s dans la recherche et dans la pratique professionnelle afin d’améliorer la santé des femmes et de la famille.

Ces nouvelles RPC marquent un tournant historique pour notre société savante, déjà amorcé lors des publications en 2016 des travaux sur l’usage de l’oxytocine dans le cadre du travail spontané. Elles sont par ailleurs, attentives à l’aspect pluriprofessionnel, avec entre autres, une réelle coopération du Collège de Médecine Générale.

Comptez sur nous, pour que ces travaux puissent fournir un plaidoyer exhaustif, en faveur d’une politique de santé publique positionnant, à sa juste place, la filière Maïeutique.

Nous sommes impatient.e.s de vous retrouver en plénière, ou lors de nos ateliers. Nous organiserons un atelier spécifique « Vie du Collège » où des membres du conseil d’administration pourront recueillir vos doléances, vos projets professionnels, et ainsi participer au développement de notre profession.

Adrien GANTOIS, Président du CNSF

C’est un réel plaisir de vous convier à nouveau à la 19e édition des Journées du Collège National des Sages-Femmes de France les 22 et 23 mars 2021, sous un format 100% digital.L’année 2020, devait être un temps inédit de valorisation pour notre profession, comme le défendait l’Organisation Mondiale de la Santé. Elle avait bien commencé lors de nos Journées Sages-Femmes, rassemblant notre profession autour de travaux scientifiques et professionnels.

Le Collège y a fêté ses 20 ans. Sa maturité lui a permis d’affronter une crise sanitaire sans précédent, avec le soutien de ses adhérent.e.s toujours plus nombreux.ses et volontaires. Elle s’est concrétisée par une cellule de crise sage-femme, qui nous a permis d’élaborer des préconisations sous l’égide de la HAS. Notre profession est restée unie et force de propositions dans la gestion de crise, même si nous pouvions constater des lacunes de notre système de santé.

Parmi ces lacunes, le rapport sur l’évaluation des sages-femmes au travail (Christine Natal Chalut Morin pour le CNSF – Juin 2020) révèle que le niveau d’épuisement émotionnel, dimension centrale du burnout, est fortement marqué chez pratiquement ¼ des sages-femmes, tous modes d’exercices confondus. Ce constat est d’autant plus inquiétant qu’il a été évalué avant la pandémie COVID 19.

Dans ce contexte de crise sanitaire, Le CNSF a d’ailleurs pris l’initiative de créer le Fonds de Soutien Sages-Femmes, permettant de renforcer notre politique de gestion de crise.

Désormais, il nous appartient de nous projeter vers 2021, et vers vos Journées Sages-Femmes. Le programme est résolument tourné vers les nouvelles recommandations de pratiques professionnelles de sages-femmes « les interventions en période périnatale ». Ces nouvelles «recos» se sont formalisées via 26 expert.e.s, en 3 années, sous l’impulsion des deux coordinateur.rice.s et chercheur.e.s sages-femmes, Dr Chloé Barasinski (Clermont-Ferrand) et Dr Rémi Béranger (Rennes).

C’est une immense fierté pour notre profession, de constater une implication sans faille, de nombreux.ses professionnel.le.s dans la recherche et dans la pratique professionnelle afin d’améliorer la santé des femmes et de la famille.

Ces nouvelles RPC marquent un tournant historique pour notre société savante, déjà amorcé lors des publications en 2016 des travaux sur l’usage de l’oxytocine dans le cadre du travail spontané. Elles sont par ailleurs, attentives à l’aspect pluriprofessionnel, avec entre autres, une réelle coopération du Collège de Médecine Générale.

Comptez sur nous, pour que ces travaux puissent fournir un plaidoyer exhaustif, en faveur d’une politique de santé publique positionnant, à sa juste place, la filière Maïeutique.

Nous sommes impatient.e.s de vous retrouver en plénière, ou lors de nos ateliers. Nous organiserons un atelier spécifique « Vie du Collège » où des membres du conseil d’administration pourront recueillir vos doléances, vos projets professionnels, et ainsi participer au développement de notre profession.

Adrien GANTOIS, Président du CNSF